Mon expérience avec la liseuse

Mon expérience avec la liseuse

Voilà presque 6 mois que j’ai adopté la liseuse électronique (la Kobo Aura H2O en l’occurence). Si j’ai eu un peu peur au début de ne pas réussir à m’y faire, aujourd’hui je ne m’imagine plus sans. Depuis que je suis passée à la liseuse, mes habitudes de lecture ont complètement changées et en bien des manières. Pour être tout à fait honnête avec vous, j’avais pas mal d’appréhensions concernant la liseuse, ce qui a reculé le moment de l’achat. Finalement, à Noël dernier, j’ai passé le cap et j’ai trouvé intéressant de partager avec vous mon expérience. Si vous êtes déjà passés à la liseuse, vous vous reconnaîtrez peut-être dans mon article et si vous hésitez, peut-être qu’il pourra vous aider à y voir un peu plus clair. 

Pourquoi je suis passée à la liseuse ?

Dès que j’ai su lire, je ne me suis plus arrêtée. Quand j’étais petite, ma maman m’offrait toujours un livre à la Saint Nicolas. J’ai lu une grande partie de la bibliothèque rose à l’école primaire et toute la saga des Harry Potter de leur sortie à mes 7 ans jusqu’au dernier tome bien plus tard. En grandissant j’ai continué à lire, même si souvent je n’étais pas très assidue. Ma manière de lire se résumait à traîner un livre pendant 10 mois et à en dévorer une dizaine pendant les grandes vacances scolaires. En déménageant à Paris il y a presque deux ans, j’ai découvert les joies des transports et avec mes 15 min de train tous les matins et tous les soirs, j’avais devant moi la possibilité de lire 30 min par jour minimum pour passer le temps. Mais lire dans les transports signifie avoir son livre avec soi et en plus d’être encombrant, un livre ça pèse son poids. C’est pourquoi rapidement, l’idée de passer à la liseuse s’est installée.

En déménageant à Paris, j’ai également été confrontée à un dilemme de taille. Littéralement. L’idée d’avoir une belle et grande bibliothèque pouvait être avortée immédiatement. A la place, j’ai une dizaine de romans qui s’empilent sur ma table de chevet en attendant qu’une place se libère ailleurs. Vive le minimalisme des formats numériques.

Mes appréhensions concernant la liseuse

Pour celles (et ceux) qui ne sont pas encore passés à la liseuse, je sais déjà ce que vous allez me dire. « J’aime sentir l’odeur du livre neuf ». « J’aime le toucher du papier ». « Je suis déjà suffisamment sur les écrans comme ça ». Toutes ces réflexions, je les ai eu avant la liseuse. Quand on aime lire, on aime le papier, on aime tourner les pages, avoir le plaisir de s’acheter un beau livre dont la couverture nous parle. La liseuse, elle est moins sexy et romanesque que le livre, j’en conviens. Pourtant, je dirais que l’expérience ne doit pas être comparée, car elle est différente.

L’expérience liseuse

Quand j’ai commencé à lire sur la liseuse, j’ai eu un peu de mal à m’adapter. Le papier me manquait et je n’arrivais pas à assimiler ce que je lisais. Comme si les mots sur la liseuse coulaient sur moi, tandis que les mots des livres s’imprégnaient en moi. Ça n’a pas duré longtemps, le temps d’une heure de lecture et c’était bon, les mots de la liseuse ont rapidement fini par me faire le même effet que ceux des livres. Depuis, j’ai remarqué que je lis beaucoup plus qu’avant. Premièrement, parce qu’avant je lisais un petit peu dans les transports et c’était tout. A la maison, j’avais toujours mieux à faire que de lire. Avec la liseuse, j’ai enfin lâché Netflix et le téléphone dans le lit. La liseuse étant beaucoup plus légère que le livre, je peux être allongée, la liseuse à côté de moi ou au-dessus de moi, la lampe éteinte et m’endormir en lisant tranquillement puisque l’écran s’adapte à la luminosité ambiante et est anti lumière bleue. Le plus de mon modèle de liseuse (la Kobo Aura H2O) c’est son étanchéité qui permet aussi de lire dans le bain ou au bord de l’eau par exemple, sans risquer les éclaboussures !

Aujourd’hui je lis principalement sur la liseuse, mais je n’ai pas arrêté de lire des livres papiers pour autant. Je vais privilégier l’achat de romans de poche, de fiction, sur la liseuse et acheter en librairie de beaux livres dont la couverture m’interpelle et que je souhaite avoir dans ma bibliothèque, les livres de développement personnel dans lesquels j’aime mettre des posts-it et griffonner dans la marge, et les livres de cuisine.

Les avantages et les inconvénients de la liseuse

Même si j’ai déjà listé un certain nombre d’avantages dans le paragraphe précédent, la liseuse a, à mon sens, d’autres qualités qui méritent d’être mentionnées :

  • La liseuse est facile à transporter, grâce à ses petites dimensions et son poids très léger. On pense aux transports en commun mais aussi aux vacances où se trimbaler plusieurs livres dans sa valise s’avère être particulièrement lourd…
  • C’est un vrai gain de place quand on lit beaucoup et qu’on n’est pas adepte des bibliothèques municipales
  • J’achète beaucoup plus facilement. Avant j’achetais des livres dont le résumé m’avait emballé à 100%. Grâce aux offres et aux prix plus bas, je n’hésite pas à acheter d’autres styles de littérature.
  • Je lis beaucoup plus, car la liseuse est plus facile à transporter que les livres et je peux lire dans les salles d’attente, le train, le bus, le métro, partout en fait. Mais surtout, dans mon lit la lumière éteinte, ce qui facilite mon endormissement (beaucoup plus qu’un livre classique où je dois lire la lumière allumée).
  • La liseuse n’abîme pas les yeux. Impossible pour moi de lire pendant des heures sur tablette ou téléphone portable. Mais sur la liseuse, aucun soucis ! C’est presque comme lire sur du papier. Avec la technologie EInk, l’affichage est mat et en noir et blanc. La liseuse reflète la lumière existante contrairement à une tablette qui va la créer et abîmer nos yeux. Pour lire de nuit, certaines liseuses (la mienne en l’occurrence) peuvent avoir un rétroéclairage, qui est compensé par ce qu’on appelle la technologie Comfortlight, qui protège les yeux des effets nocifs du rétroéclairage.
  • On peut choisir la taille des caractères (et même la police). Même si ce n’est pas quelque chose dont je me sers, ça peut toujours être utile.

Malheureusement, comme chaque chose n’est pas parfaite, la liseuse a également quelques défauts :

  • Le défaut le plus contraignant à mon sens, c’est qu’on ne peut pas partager ses livres. A moins de prêter sa liseuse, les fichiers numériques sont protégés pour éviter d’être propagés. Du coup, impossible d’envoyer le fichier à une personne de son entourage.
  • C’est plus difficile de survoler les pages. Si vous avez un arbre généalogique au début ou à la fin du roman auquel vous souhaitez vous référer pendant la lecture par exemple, oubliez la liseuse.
  • Le manque de réactivité. La liseuse est encore un peu lente. Il y a un court delta entre le moment où je clique sur l’écran et le moment où elle prend effectivement en compte mon clic. Ceci dit, c’est loin d’être gênant.

 

Sélection de livres lus sur la liseuse

Avec le site Kobo by Fnac, je reçois plusieurs fois par semaine une liste de sélection en fonction de mes goûts et des ouvrages que j’ai déjà lu. Je trouve le principe absolument génial et je dois avouer que je n’ai jamais été déçue jusqu’à présent des livres que j’ai acheté suite aux recommandations de la Fnac. Voici une sélection de livres que j’ai lu sur la liseuse et que je vous recommande, si vous aimez les romans qui font voyager à travers le temps et l’espace, les romans légers et les romans à l’eau de rose 🙂

Les sept soeurs de Lucinda Riley (tome I, II, III et IV pour le moment)

La maison de l’orchidée de Lucinda Riley

Les orages de l’été de Tamara McKinley

Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille

Le début des haricots de Fanny Gayral

 

Et vous, convaincus par la liseuse ou pas ?

la liseuse liseuse

Partager:

8 Commentaires

  1. 13 juin 2019 / 19:58

    Moi aussi j’ai adopté la liseuse Kindle paperwhite de Amazon et je ne peux plus m’en passer. Je vois que des avantages et très peu d’inconvénients.

  2. 14 juin 2019 / 06:37

    Pas vraiment convaincu ahah, j’aime trop les livres papier, mais je reconnais que c’est pratique, surtout par exemple si tu veux lire lorsqu’il y a du vent ahah !
    Bisous

    • Pauline
      Auteur
      14 juin 2019 / 11:57

      C’est hyper pratique pour lire en voyage, dans les transports et même dans son lit pour s’endormir !

  3. 14 juin 2019 / 10:22

    C’est pas facile de s’adapter. Ma belle famille m’en a offert une quand nous sommes partis 6 mois sac à dos car je ne pouvais prendre 6 mois de lecture papier. Mais maintenant je ne m’en sers que quand je n’ai pas pu aller à la médiathèque faire le plein. Car j’ai un amour très fort pour l’objet livre. Toutefois c’est super pratique, notamment dans les bus de nuit sans lumière !!

    • Pauline
      Auteur
      14 juin 2019 / 12:08

      Je lis toujours des livres papiers aussi, mais la liseuse m’a permis de livre davantage puisque je lis dans des situations et des lieux où je ne lisais pas avant. Et je n’ai pas trouvé que c’était si difficile de s’adapter que ça, il ne m’a fallu qu’une journée pour me faire à la liseuse.

  4. 15 juin 2019 / 11:03

    Intéressante cette alternative au livre 🙂 cela pourrait bien me plaire ! En ce moment je suis plutôt livres audios et livres papier. Mais maintenant que je lis pas mal, il n’est pas exclu que j’alterne entre les 3 alternatives ! Carrément, hehe !
    Des bisous
    Plume d’Auré
    http://www.plumedaure.com

  5. 15 juin 2019 / 21:49

    Moi aussi je manque de place mais je ne pourrais pas m’arrêter d’acheter des livres papiers pour autant haha ! La liseuse ne me tente pas trop du coup mais ton article était très intéressant 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :