Quand on trouve la clé du bonheur

Quand on trouve la clé du bonheur

Il y a plus d’un an, j’ai commencé à m’intéresser au développement personnel, j’ai d’ailleurs même créé ma propre chaîne de podcast pour partager avec vous mes découvertes sur le sujet. Si je me suis fortement intéressée au développement personnel, c’est parce que je n’arrivais pas à me comprendre et à être entièrement heureuse. Le fait est que j’avais tout ou presque pour l’être, mais que je n’y parvenais pas. Comme si j’avais un full au poker et que je me couchais à la première manche. Et en un an, après avoir beaucoup lu, m’être énormément renseignée sur le sujet et avoir travaillé sur moi-même, j’ai beaucoup appris. J’ai appris sur moi et j’ai compris comment trouver la clé du bonheur et la garder.

Le bonheur a toujours été pour moi quelque chose que je considérais comme furtif. Généralement, je m’apercevais de mon état de bonheur une fois qu’il était partit. J’attendais du bonheur qu’il m’envahisse comme ça, d’un coup, et qu’il ne parte jamais. Je n’avais pas compris qu’il était plus profond, moins superficiel et partout autour de moi. Mais surtout, je n’avais pas compris qu’il ne dépendait que de moi et que j’étais ma propre ennemie sur le sujet.

J’ai appris que pour me sentir bien, je devais accepter de ne pas être parfaite. Mais surtout, j’ai appris que je devais me nourrir de l’intérieur et arrêter d’attendre des autres qu’ils comblent ce manque en moi. J’ai un gros manque d’estime de moi et j’ai tendance à ne pas me faire suffisamment confiance. J’ai toujours l’impression de déranger ou d’être ridicule et j’essaie tant bien que mal de cacher ces émotions et impressions sous une carapace un peu froide. Ces derniers mois, j’ai cherché différents moyens de combler ce manque, à travers des activités, des moments passés seule. C’était très important que je trouve au fond de moi ce qui pouvait me nourrir pour pallier ces manques.

Le fait est que, le chemin est long avant de se sentir vraiment mieux. J’avance tout doucement, mais en regardant en arrière je me rend compte du chemin parcouru et je suis assez fière de moi. Je me suis rarement sentie aussi en phase avec moi-même que maintenant et j’ai compris que ma vie était telle qu’elle était et que je devais arrêter d’attendre toujours plus. Que les choses simples de la vie sont ce qui me nourrit le plus et ce qui me rend heureuse au quotidien. Aller au restaurant entre amis, faire une soirée Netflix en buvant une tisane et en mangeant du chocolat, se balader à la campagne, cuisiner et bien plus encore. J’ai toujours attendu qu’il m’arrive des choses extraordinaires pour avoir le sentiment que ma vie « commence », mais ma vie c’est ça. C’est exactement ce que je viens de citer. Et il suffisait que je l’accepte pour commencer à comprendre le bonheur.

« Ne mettez jamais la clé de votre bonheur dans la poche de quelqu’un d’autre »

Pendant longtemps j’ai attendu des autres qu’ils m’apportent ce que je ne parvenais pas à trouver au fond de moi. Comme si j’attendais leur approbation pour la personne que j’étais. J’attendais de voir et de ressentir l’amour que les autres pouvaient me porter, pour m’aimer moi-même. C’est peut-être la faute aux trop nombreux contes de fées que j’ai regardé étant petite (ok, que je regarde toujours), ou à la manière dont je me suis construite enfant puis adolescente. Le problème c’est que j’attendais d’être sauvée de mon propre « malheur » par un prince charmant, une marraine la bonne fée ou une tribu de nains (vous noterez l’ordre de préférence). Sauf que mon attente envers les autres faisait croître ma frustration et mon sentiment de mal-être. Je ne parvenais pas me sentir mieux car ce mal-être n’était pas logique, il ne résultait pas d’un cas spécifique, c’était simplement une sensation générale et inexplicable à l’époque. Ce qu’il y avait de plus difficile, c’est que je me rendais bien compte que j’avais tout pour être heureuse mais une partie de moi se confortait dans ce « mal-être réconfortant » et attendait plus.

Aujourd’hui j’ai enfin compris que pour être aimée, il faut déjà s’aimer soi. J’ai compris que pour me sentir heureuse, je devais accepter que la vie que je mène est ma vie, la vraie, et que mon quotidien m’offre tout ce dont j’ai besoin pour être épanouie. Enfin, j’ai compris que je ne devais pas attendre des autres ce que je souhaite pour moi-même. Finalement, c’est ça la clé du bonheur.

Et vous, quelle est votre clé du bonheur ?

bonheur clé du bonheur

Partager:

9 Commentaires

  1. 21 mai 2019 / 19:42

    Très bel article ! Ma clé du bonheur c’est d’avoir conscience de tout ce qu’il y a de positif dans ma vie et de savoir m’en satisfaire sans voir toujours « ce truc qui me manque ». Je pense aussi que l’entourage a un rôle très important dans tout ça. C’est pour ça que j’ai mis fin à pas mal de relations toxiques que j’entretenais par le passé et qui m’empêchaient d’accéder à cette fameuse clé du bonheur …

    • Pauline
      Auteur
      23 mai 2019 / 10:01

      Merci pour ton commentaire ♥ Effectivement, parfois certaines relations sont toxiques pour nous…

  2. 22 mai 2019 / 06:24

    ça a l’air si facile dit comme ça, pourtant je le sais que j’ai tout pour être heureuse, que le bonheur est partout je le sais et pourtant c’est si dur à appliquer !

    Mais très bel article !
    Bisous

    • Pauline
      Auteur
      23 mai 2019 / 10:03

      C’est loin d’être facile et c’est un travail qui peut être très long, si tu as vraiment des difficultés seule, tu peux te faire accompagner par une coach de vie par exemple ?

  3. linemourey
    22 mai 2019 / 10:07

    C’est exactement ce que je peux travailler en thérapie avec mes patients: les rendre plus autonomes et responsables de leur propre bonheur. Ce n’est pas aux autres de combler ce vide, mais à soi de s’accepter et de se donner les moyens d’évoluer. Je crois qu’il faut aussi, et tu l’as bien compris, accepter que le bonheur c’est pas quelque chose de durable, H24. Pour être heureux, il faut se satisfaire des petites joies comme des grandes et accepter les moments down passagers 😉
    Un bel article, parole de psy !

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    • Pauline
      Auteur
      23 mai 2019 / 10:04

      Oh merci Line ! Ton commentaire me touche énormément 🙂

  4. 23 mai 2019 / 09:27

    Je me reconnais tellement dans ce que tu écris! Le manque de confiance en soi qui fait qu’on se donne une image « froide », ce sentiment de ne pas être épanouie alors qu’on a tout pour l’être, attendre que quelque-chose de merveilleux se passe… et même s’apercevoir que parfois on se conforte dans ce mal-être car au final c’est une manière d’exister… argh!
    Qu’est-ce que c’est dur de travailler sur tout cela à la fois! Mais ton exemple montre qu’on peut arriver à dépasser tout ça et c’est tellement motivant! 🙂 A quand les cours de développement personnel à l’école! ^^

    • Pauline
      Auteur
      23 mai 2019 / 10:05

      Aaaah quelle bonne idée les cours de développement personnel à l’école ! Une matière qui serait bien utile 🙂

  5. 2 juin 2019 / 15:28

    Un très bel article ma belle <3
    ET si vrai …. Le bonheur est en nous et PARTOUT, c'est notre perception qui fait tout…
    Gros bisous
    Auré
    http://www.plumedaure.com

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :