Quitter le foyer familial (bilan 1 mois après)

C’est toujours quand on quitte quelque chose qu’on se rend vraiment compte de ce qu’on a perdu. Après avoir vécu pendant 18 ans à Nancy, me voici fraichement débarquée à Paris. Je vous en parlais il y a plusieurs semaines, j’ai toujours aimé Paris. C’est une ville qui m’émerveille à chaque fois que je m’y rends. Tant par son architecture que par ses propositions culturelles. Il y a toujours quelque chose de nouveau à découvrir à Paris. Et on ne peut jamais complètement la connaître. En plus, j’avais hâte de quitter Nancy. Comparativement, c’est une ville qui ne propose pas d’expositions aussi souvent qu’à la capitale, pareil pour le théâtre ou les spectacles. En même temps, elle brasse beaucoup moins de monde. Nancy était donc une ville dans laquelle je commençais à me sentir oppressée. Aussi parce que je la rattachais à mon enfance et au fait que je ne pouvais pas prendre mon indépendance. Cela faisait déjà plusieurs années que je rêvais de quitter le foyer familial, de pouvoir m’éclater à créer mon petit cocon et à vivre à mon propre rythme. Et tout ça me semblait impossible à Nancy.

Mais voilà, maintenant que j’ai quitté Nancy, elle me manque. Son architecture me manque, la Place Stanislas et ses rues pavées me manquent, ma famille me manque. La semaine passe vite et c’est surtout le week-end où je m’en rends compte. J’ai envie de partager une tasse de thé avec ma maman, d’écouter mon papa faire de la guitare dans le salon et de me chamailler avec mon frère et ma sœur. Prendre mon indépendance, j’en rêvais. Mais ce n’est pas facile de devenir une adulte et de laisser toutes ses habitudes, tous ces petits moments du quotidien derrière soi pour en créer des nouveaux.

Un mois après, le bilan.

Un mois après avoir emménagé à temps plein et les premiers week-end seule passés, je ne suis pas déçue d’avoir quitté le foyer familial. Je ne suis toujours pas rentrée voir ma famille et finalement, c’est très bien comme ça. En réalité, je ne préfère pas. J’ai trop peur de m’effondrer dans leurs bras et de ne pas avoir envie de rentrer sur Paris après. Trop peur de vouloir rester auprès de mes parents, de mon frère, de ma sœur et de mes amis. Alors je m’acclimate à ma nouvelle vie de parisienne. Et en toute modestie, je pense que je m’en sors plutôt bien. Même si j’ai souvent un petit coup de blues le dimanche soir, je m’épanouie beaucoup trop dans mon travail pour regretter mon choix. Ce n’est parfois pas évident de faire un choix aussi important, qui va déterminer le reste de notre avenir. C’est ce qui rend les choix si difficiles, car ils influent sur notre futur. On pense parfois avoir pris la bonne décision, mais on n’en est jamais vraiment sur. J’étais convaincue que déménager à Paris me serait bénéfique. Et après un week-end passé toute seule, j’en étais beaucoup moins certaine. Et puis le temps passe et ça va mieux. On se crée de nouvelles habitudes. On se lance et tout devient possible. Je dirai que l’important est de toujours voir le positif dans chaque chose. De ne pas trop penser à ce qu’on a laissé derrière soi, mais à tout ce qui nous attend encore. Je suis surprise chaque jour de toutes les belles opportunités que Paris m’offrent. Et surprise de me découvrir, seule face à moi-même pour la première fois.

Ma sœur est tout de même venue passer une petite semaine chez moi et je ne vous cacherai pas que ça fait du bien. Mais je suis aussi contente de me retrouver seule et de reprendre mon rythme. Et puis finalement, ça sera pour mieux la retrouver lors d’un prochain week-end (je crois qu’elle a plutôt bien aimé Paris 😉 )

Comme me l’a si bien dit ma sœur, je suis une parisienne de cœur. ♡

quitter le foyer familialquitter le foyer familialquitter le foyer familialquitter le foyer familialquitter le foyer familial

Suivre:
Partager:

12 Commentaires

  1. Huguel
    21 septembre 2017 / 18:53

    Bonne route à toi et tu vas réussir tu es une championne à bientôt Mlle Paris.

  2. 21 septembre 2017 / 22:14

    Coucou Pauline,
    Ton texte est vraiment touchant. Je sais ce que c’est la vie parisienne et je crois que je ne pourrais pas m’y faire. C’est assez spécial mais le temps d’un week-end ou même une semaine c’est génial.
    On vit à 100 l’heure. Rien à voir avec notre petite vie et nos habitudes provinciales.
    J’ai ma famille à Porte d’Orléans. J’y allais souvent me faire des virées mais ces derniers temps plus trop car ma vie ne me le permet plus (bébé + maison).
    Voilà voilà.
    Bisous.
    Sophie

    • 22 septembre 2017 / 08:54

      Merci Sophie, oui la vie parisienne va vite mais pour tout te dire, j’adore ça 😉
      Bisous

  3. 21 septembre 2017 / 23:44

    Comme tu es jolie !
    J’imagine que quitter le foyer familial doit être une chose très difficile… je n’ai pas hâte d’affronter cela ❤️ Paris est une tres belle ville, tu as de la chance !

    Gros bisous !

    Manon http://www.shadybird.fr

    • 22 septembre 2017 / 09:52

      Merci Manon 🙂
      C’est difficile de quitter son cocon, mais c’est pour grandir 😉
      Bisous

  4. 22 septembre 2017 / 08:23

    Coucou Pauline !

    Quel joli billet 🙂 Partir de chez soi n’est jamais facile. Quand j’ai quitté mes parents, alors que je voulais VRAIMENT VRAIMENT partir pour faire ma grande, je fondais en larme à chaque fois qu’is me laissaient, après un week-end. Ce n’est pas grave si tu pleures : acclimate-toi mais n’oublie pas de rentrer les voir, ça te dopera sur le long-terme !
    Je trouve que tu t’en sors très bien, sans doute à cause de ton amour pour la ville de Paris ! En s’entourant, Paris est magnifique 🙂
    À très bientôt,
    Estelle

    • 22 septembre 2017 / 13:21

      Je voulais vraiment vraiment partir aussi haha et c’est justement pour éviter ces crises de larmes que je préfères m’habituer à ma « nouvelle vie » avant de rentrer les voir 😉 et effectivement, je pense que mon amour pour Paris m’aide au quotidien. Ça doit être encore plus difficile dans une ville qu’on n’apprécie pas…
      Bisous

  5. 22 septembre 2017 / 13:13

    Coucou ma belle ❤️
    Quel joli petit article, il m’a émue. C’est si joliment dit et surtout avec le cœur.
    C’est sûr que ce n’est pas facile de faire un tel choix et je sais que tu vis car je suis moi-même passée par là lors de mon départ à l’étranger, mais souvent, on sent au fond de nous si ceci vaut le coup. Et je crois qu’ici tu y as répondu toi même ! Parfois le changement est difficile mais a tellement de choses à offrir qu’il faut tenir bon…
    Je suis certaine que tu vas continuer à t’epanouir et que tres vite tu seras en mesure de trouver ton équilibre dans tout ça, en rentrant voir ta famille sans tristesse. Enfin je vais pas te mentir, yen a tjs un peu quand on repart, mais les moments ensemble sont si beaux qu’encore une fois ça vaut le coup !
    Gros gros gros bisous et profite de ta ville de coeur avec toutes ces belles choses qui s’offrent à toi depuis 1 mois
    Plume d’Auré
    http://www.plumedaure.com

    • 4 octobre 2017 / 21:11

      Merci ma douce, je suis ravie que mon article t’ait plu <3
      Gros bisous !

  6. 3 octobre 2017 / 12:29

    Je vais bientôt sauter le pas également, j’appréhende un peu même si comme toi j’en ai très envie…
    Maintenant, on attend de voir ton petit cocon ou comment se créer un nid douillet dans quelques mètres carrés! ^^

    • 4 octobre 2017 / 21:12

      Ce n’est jamais facile le changement, mais ça a du bon aussi 😉
      Et pour mon article déco, il arrive bientôt bientôt… 🙂

Laisser un commentaire