Le syndrome « je n’ai rien à me mettre »

En tant que shopping addict, mon armoire déborde. Elle déborde tellement que j’ai du investir dans un portant et une commode supplémentaires pour pouvoir réussir à tout faire rentrer. Et pourtant, je ne cesse de répéter que « je n’ai rien à me mettre ». Vous avez déjà dit ou entendu ça aussi ? On a beau avoir dix, cent, mille ou un million de vêtements dans notre penderie, ce syndrome récurrent chez les femmes subsiste. Voici mes petites explications pour comprendre le syndrome « je n’ai rien à me mettre » et essayer d’en venir à bout.

je n'ai rien à me mettre

« Je n’ai rien à me mettre pour sortir ce soir »

Cette phrase vous l’avez déjà dite. Plus d’une fois. Et vous l’avez déjà entendu aussi. C’est un classique. Pour ma part, j’admet la dire plusieurs fois par semaine. Pourtant, heureusement pour moi, je ne suis jamais sortie sans rien sur le dos. Le cas le plus fréquent, c’est quand j’ai un anniversaire de prévu ou une sortie entre amis.

Une soirée, ça se prépare un peu à l’avance car on veut être jolie et sexy sans être vulgaire, on veut mettre une tenue qui va nous mettre en valeur et que personne n’a encore jamais vu. J’ouvre la porte de mon armoire et là, c’est le drame : »Je n’ai rien à me mettre ». Pour palier à ce problème, je sors toutes mes tenues de soirées sur mon lit, et après un long moment de réflexion, le verdict tombe : aucune ne convient. La petite noire aux bretelles argentées ? Non, trop habillée. La robe rouge au décolleté plongeant ? Trop aguicheuse. La robe noir en dentelle ? Déjà mise trop souvent.

Au final, je trouve une raison pour expliquer qu’aucune de mes tenues ne convient pour cette soirée très précise. Et cet exemple convient pour toute autre occasion où je souhaite impérativement faire bonne impression, que ce soit un rendez-vous galant ou un entretien d’embauche. Alors que faire ? Je suis sure que la solution résonne déjà dans votre tête. Les magasins bien-sûr. Le syndrome « je n’ai rien à me mettre » conduit systématiquement ou presque à faire chauffer sa carte bancaire.

Avec la société de consommation, les réseaux sociaux, les publicités toutes les cinq minutes, je pense que cela nous conduit à avoir envie de toujours plus. De vouloir la dernière nouveauté à tout prix. De ne jamais être pleinement satisfait de ce qu’on a. Et du coup, de penser qu’on a rien à se mettre, car on a déjà porté tout ce qu’on a dans son armoire (normalement).

je n'ai rien à me mettre

Comment venir à bout du syndrome « je n’ai rien à me mettre » ?

Ce n’est pas qu’il est désagréable de faire du shopping, mais à un moment donné mon banquier risque de faire un peu la tête. Et après une armoire, une commode, un portant, je ne sais pas comment ma chambre pourrait supporter un meuble de plus… Surtout qu’à force d’accumuler les robes, jupes, pantalons et tops, on ne sait même plus ce qu’on a exactement. La solution idéale serait d’avoir une pièce spécialement dédiée pour ma penderie, comme le dressing de rêve de Carrie Bradshaw dans Sex and The City. Mais la vraie solution, c’est de faire du tri. Beaucoup moins drôle et plaisant que le shopping, j’en conviens. Mais bien plus économique. Alors on sort toute son armoire et on redécouvre des vêtements dont on ne se rappelait même plus l’existence.

A ce moment là, on donne les vêtements qui ne nous plaisent plus ou qui ne nous vont plus, on jette ceux qui semblent en avoir trop vécu, et on garde les autres. Ensuite, essayez d’associer vos vêtements entre eux. Créez plusieurs tenues avec le même pantalon, mixez ce petit haut trop mignon avec une jupe et un pantalon. Et surtout, n’oubliez pas de déterminer la paire de chaussure et le sac qui iront parfaitement avec chacune de ces tenues. Rendez à vos vêtements le potentiel qu’ils ont. Ainsi, quand vous serez dans l’urgence, des idées de tenues toutes prêtes surgiront de votre tête. Magique, non ?

Cela n’empêche en rien de faire du shopping, de renouveler sa garde robe, pour se faire plaisir ou parce que certains vêtements s’usent tout simplement, ou ne sont plus très moderne.

img_8283

Peut être que nous réussiront à guérir un jour du syndrome « je n’ai rien à me mettre ».

Suivre:
Partager:

15 Commentaires

  1. 15 septembre 2016 / 11:37

    Pour venir à bout de ce syndrome, j’aime regarder des looks sur des blogs, youtube ou de mes séries/films préférés et essayer d’en créer un dans le style avec ce que j’ai dans ma garde-robe! Ca me permet de redécouvrir mes vêtements car ils sont portés différemment 😀 Bisouus

  2. 15 septembre 2016 / 13:27

    Pas facile de faire du tri pourtant chez moi aussi c’est bien necessaire! Savoir que je vais donner a une bonne oeuvre de charite qui me tient a coeur m’aide beaucoup 🙂

  3. 15 septembre 2016 / 13:59

    Je profite de mon déménagement le we prochain pour faire un vide dressing avec des amies, et je m’interdis de déménager ce que je n’ai pas mis depuis 2 ans (j’ai eu un 2eme bébé entre temps). J’ai l’équivalent de la moitié d’un dressing à débarrasser 😉

    • 20 septembre 2016 / 23:02

      C’est une bonne technique effectivement 😉

  4. 15 septembre 2016 / 15:25

    A force de nombreux déménagements, j’ai appris à faire le tri et à ne pas accumuler. Le comble, c’est que je trouve que moins on en a et plus la propension au syndrome du « j’ai rien à me mettre » est moindre !

  5. 15 septembre 2016 / 17:52

    Je n’ai ce syndrome que quand je dois aller à un mariage (heureusement, rarement) ou si je dois aller voir quelqu’un de classique et que mes tenues « de secours » sont à la lessive. Pour ma part j’adore le noir, je ne porte presque que ça et je visualise très vite quels vêtements va avec quoi ^^ Maintenant j’aime aussi faire chauffer ma carte bleue mais je réfléchi toujours a 10 fois pour adopter une fringue. Est-elle portable en plusieurs circonstance? Est-elle portable avec un corset ou un serre taille? Si oui c’est banco ^^

  6. modeusement vibe
    15 septembre 2016 / 19:13

    Sympa ton article, c’est vrai qu’il est impossible de se défaire de ce symdrome au grand dam de mon conjoint! Bonne soirée!

  7. 16 septembre 2016 / 14:05

    Oui, faire du tri pour se rendre compte que rien ne sert de perdre des heures à acheter des fringues qu’on ne porte que très peu ensuite ^^ et passer ce temps gagné à des activités plus intéressantes !
    Pour aller plus loin, perso je ressors aussi mes affaires pour voir ce qui peut aller ensemble et que je n’avais jamais pensé jusque là à assortir ^^ (cf. http://www.ca-se-saurait.fr/2015/09/27/jai-rien-a-me-mettre/). J’explique aussi dans cet article pourquoi parfois des changements de vie peuvent expliquer ce syndrome du « j’ai rien à me mettre » et comment éviter de racheter de nouveaux vêtements pour rien 🙂

    Bises !

  8. taille34paris
    29 novembre 2016 / 01:48

    Vu comme ça, on pourrait penser que yapluka 😉
    Dans la pratique, me voilà. Face à moi un placard d’au moins 2 mètres qui déborde en hauteur, en longueur, en largeur et en profondeur. Je précise que ledit placard fait en fait tout un pan de mur, du sol au plafond
    Vous pensez que ça fait beaucoup ?
    Que nenni ! J’ai donné déjà plusieurs sacs à Emmaus
    En fait, c’est sérieux
    Faire le tri demande une détermination à toute épreuve ;))
    Entre les « pas question, c’est un cadeau de la Fêtes des Mères », cette écharpe est horrible, mais c’est quand même maman qui l’a tricotée, la pauvre déjà qu’elle voit mal 😉
    Et patin couffin
    Je serais d’accord qu’on fasse un défi collectif du genre je donne un vêtement par jour pendant le plus longtemps possible
    Ce qui nous manque ce sont des méthodes
    C’est super dur, j’y crois de moins en moins ;((

    • 29 novembre 2016 / 10:34

      Courage ! Je suis sûre qu’on peut y arriver ^^

  9. taille34paris
    29 novembre 2016 / 20:00

    Du coup, j’adore ce type d’articles, ça motive
    Du coup, ce matin j’ai trié les vestes noires. C’est évident qu’une ou 2 c’est le maximum
    Merci de m’avoir boostée, je continu ;))

    • 29 novembre 2016 / 21:43

      Ravie d’avoir pu t’aider courage pour la suite !

Laisser un commentaire