Mes 10 habitudes éco-responsables

En emménageant à Paris il y a plus de 2 ans, j’apprenais à vivre seule. L’occasion pour moi de trouver mon rythme et de me façonner mes propres habitudes. Rapidement et de manière plutôt naturelle, j’ai commencé à chercher et à développer au quotidien des alternatives éco-responsables à mon mode de vie. Ce n’est pas parfait, mais qui peut se venter de l’être ? Changer ses habitudes est ce qu’il y a de plus difficile, c’est pourquoi ça prend du temps. A mon sens, l’important est d’y aller à son rythme et de soutenir les initiatives de chacun dans cette démarche. Il n’y a pas de petits gestes si on est 7 milliards à les faire. Depuis, je n’ai cessé d’accroître mes habitudes vers un mode de vie plus sain. Elles paraîtront peut-être évidentes pour certains ou désuètes pour d’autres, mais voici mes 10 habitudes éco-responsables.

1. Faire sa lessive maison

Depuis le mois d’avril et suite à la lecture d’un article alarmiste sur les perturbateurs endocriniens et les agents cancérigènes contenus dans les lessives de supermarché (même bio, je rappelle que bio ne veut pas forcément dire bon), j’ai choisi de bannir celle qui lavait mon linge depuis mes premiers jours pour une version beaucoup plus saine. On peut ainsi envisager de faire sa lessive maison en achetant des copeaux de savon de Marseille ou de savon d’Alep et d’ajouter ce qui nous plait dedans. C’est économiquement plus avantageux et ça ne prend pas beaucoup plus de temps. Personnellement, je me suis laissée séduire par le concept de l’Alchimiste, qui propose des lessives contenants 3 ingrédients seulement. Aucune préparation (ou presque pour la version liquide) et une lessive bien plus saine pour moi et pour l’environnement.

2. Faire sa vaisselle au savon de Marseille

Cela fait 2 mois maintenant que j’ai suivi l’initiative d’une amie qui consistait à arrêter d’acheter du liquide vaisselle et de le remplacer par… un bloc de savon de Marseille. J’avais quelques réserves sur l’idée et finalement tout se passe très bien, ça mousse, ça lave et ma vaisselle est propre et ne sent rien. Choisissez bien du savon de Marseille avec minimum 72% d’huile d’olive.

3. Banir les bouteilles en plastique

Il me semble qu’il s’agit de la toute première habitude que j’ai prise en arrivant à Paris, il y a donc presque deux ans. En premier pour des raisons pratiques : j’en avais assez de monter mes packs d’eau à pieds jusqu’à mon appartement. J’avais remplacé les bouteilles d’eau par une carafe filtrante et depuis 2 mois j’utilise du charbon actif pour filtrer mon eau du robinet. L’eau n’a plus de goût et est plus saine que celle qu’on peut boire en bouteille. De manière générale, je fais la guerre au plastique depuis cet été. Mes ustensiles de cuisine sont maintenant en bois et mes tupperwares en verre.

4. Manger de saison et local

Les tomates, courgettes et aubergines étaient les légumes que je mangeais le plus. Été comme hiver. Sauf que s’il existe des saisons et des produits qui changent en fonction d’elles, c’est pour une bonne raison. La saison des agrumes survient en hiver, quand notre corps a besoin de vitamine C par exemple et le melon en été quand nous avons davantage besoin d’eau. J’ai eu une véritable prise de conscience l’hiver dernier et petit à petit, au cours de l’année, j’ai commencé à faire plus attention aux fruits et légumes de saison et à leur provenance. Je reçois chaque mois le calendrier des fruits et légumes de saison de Greenpeace, qui m’anguille sur la saisonnalité de ce qu’on trouve au marché. J’essaie également d’acheter des produits qui viennent de France uniquement (sauf quelques exceptions comme les Bananes par exemple) et de producteurs locaux quand c’est possible. Les fruits et légumes ont davantage de goûts car ils ne sont pas cueillis avant leur maturité et écologiquement parlant, ils n’ont pas besoin de faire des milliers de kilomètres en avion pour atterrir dans mon assiette. C’est aussi l’occasion de découvrir ou redécouvrir de nouvelles saveurs 🙂

 

5. Acheter en vrac

Pour tendre vers un objectif de zéro déchet, c’est-à-dire de diminuer tout ce que je peux jeter, comme le nombre d’emballages, je consomme au maximum, depuis mon arrivée à Paris quasiment, en vrac. J’ai le chance d’avoir un supermarché qui propose un rayon bio et en vrac assez conséquent, ce qui me permet d’acheter mes pâtes, mon riz, mes graines, amandes et cie en vrac. J’ai des bocaux en verre chez moi dans lesquels je transvase mes victuailles une fois rentrée de courses.

6. Utiliser des sacs réutilisables pour les courses

Fini les sacs de courses en plastique qu’on rachète à chaque passage en caisse car on a oublié le sien à la maison. J’utilise des tote bag (des sacs en toile) ou un chariot à roulette et c’est très bien ! Pour le vrac, j’ai très récemment arrêté d’utiliser les sacs en papier mis à disposition dans mon supermarché pour des sacs en tissus que j’ai confectionnés moi-même. Si vous n’avez pas l’âme d’une couturière, vous pouvez en acheter déjà des tout faits. Il ne reste plus qu’à ne pas les oublier avant d’aller en courses 🙂

habitudes éco-responsables

7. Se démaquiller avec des cotons lavables ou sans cotons du tout

Toujours pour tendre vers le zéro déchet, j’ai arrêté il y a presque un an d’acheter des cotons à démaquiller jetables. J’ai acheté des cotons lavables chez Avril, qui se lavent très bien même à 30° en machine. Pour me démaquiller j’essaie aussi le plus possible d’utiliser directement mes doigts avec une huile démaquillante par exemple, pas forcément besoin d’un coton.

8. Toujours avoir un tote bag sur soi

J’ai pris l’habitude depuis que je suis à Paris de ne jamais sortir sans un tote bag. Si jamais j’ai une course qui n’était pas prévu, ça m’évite d’acheter des sacs en plastique ou même d’accepter les sacs plastiques dans les magasins.

habitudes éco-responsables

9. Avoir une gourde en inox sur soi

Dans ma lutte contre le plastique, j’ai investi au printemps dernier dans une gourde en inox pour éviter d’acheter des bouteilles en plastique quand je suis en déplacement. C’est un peu plus lourd qu’une bouteille en plastique, mais l’avantage c’est que l’eau ne chauffe pas en été et que je peux mettre du thé qui reste bien chaud en hiver.

10. Diminuer sa consommation de viande

Plusieurs études ont largement démontré que l’industrie de la viande est l’une des plus polluante. Que ce soit en terme d’émission de gaz à effet de serre ou en consommation en eau. On sait également que le français moyen a tendance à manger plus de viande que nécessaire. D’un point de vu santé, le corps humain digère moins bien la viande consommée le soir. Personnellement, je n’ai jamais été trop viande et il y en a beaucoup que je ne mange pas. Je fais toutefois attention à avoir un bon apport en protéine pour éviter les carences et je privilégie la viande le midi quand j’en mange.

 

Et vous, vous avez des habitudes éco-responsables ? 

Partager:

2 Commentaires

  1. 28 novembre 2019 / 20:52

    J’ai réduit ma consommation de viande, j’achète en vrac quand je peux, j’ai toujours un tote bag sur moi et j’achète moins mais mieux 🙂

    • Pauline
      Auteur
      2 décembre 2019 / 14:07

      Merci à toi de partager tes gestes éco-responsables 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :